en

Economie
01
Aoû
2013

Economie

Le Burkina Faso est un pays en voie de développement. L’agriculture représente 32 % du produit intérieur brut et occupe 80 % de la population active. Il s’agit principalement d’élevage mais également, surtout dans le sud et le sud-ouest, de cultures de sorgho, de mil, de maïs, d’arachides, de riz. Il est le deuxième producteur africain de coton derrière l'Égypte15, malgré l’aridité des sols et l’absence de mise en valeur durant la période coloniale[réf. nécessaire].

En 2013, le pays est classé 153e par le programme Doing business en ce qui concerne les affaires16 et est le 100e pays où il fait le plus bon vivre (2010)[réf. nécessaire]. Le Burkina Faso compte une très forte diaspora : par exemple, trois millions de Burkinabè vivent en Côte d'Ivoire. Selon la banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest, ces migrants rapatrient chaque année des dizaines de milliards de francs CFA au Burkina Faso. Depuis les expulsions du Ghana en 1967, cette situation provoque également des tensions avec les pays d’accueil. La dernière crise remonte aux événements de 2003 en Côte d'Ivoire, qui ont entraîné le retour ponctuel de 300 000 migrants. Le tiers de la population du pays vit en dessous du seuil de pauvreté.

Il convient par ailleurs de citer quelques productions minières : cuivre, fer, zinc et surtout or (le pays vient d'ouvrir sa cinquième mine).

À la fin des années 1990, les "compagnies juniors" canadiennes, investies dans plus de 8000 propriétés minières, dans plus de 100 pays, pour la plupart encore à l'état de projet17 multiplient les contrats avec des pays africains. Au Burkina, elles ont pour nom Axmin, Orezone Resources, Goldcrest Resources ou Etruscan Resources, et sont souvent présentes dans des pays voisins car le Burkina est un prolongement géologique de la riche zone aurifère du Ghana18.

Le Burkina Faso est membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine et de l’Autorité de Liptako-Gourma, qui est chargée de prévenir les crises alimentaires et les sécheresses par la coopération de chaque pays membre.

Quelques données économiques :

  • PIB : 7,136 milliards $ (2007, Québec, Institut de la Statistique)
  • PIB par habitant : 483 $ (2007, Québec, Institut de la Statistique)
  • PIB en parité de pouvoir d'achat (PPA) : 1 185 $ (2007, Québec, Institut de la Statistique)
  • Taux de croissance réelle : 9,2 % (2010)
  • Taux d’inflation (indice des prix à la consommation) : 6,40 % (2006)
  • Exportations : 1,591 milliard de dollars en 2011
  • Importations : 2,25 milliards de dollars en 2011